Portail

Bienvenue sur EcophytoPIC :

Vous êtes ici

En région

Découvrez toutes les informations régionales et accédez aux BSV

Participez

EcophytoPIC est ouvert aux contributions. Pour contribuer, prenez connaissance ici de la charte des contributeurs et envoyez vos documents ou liens à l’adresse suivante : ecophytopic@acta.asso.fr

Télécharger la plaquette

Novembre 2013




Actualité publiée le : 18/12/2013

Article - Campagnol des champs : des méthodes alternatives pour juguler les populations {Auteur:} Camille Crespe Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles de Champagne – Ardenne Nathalie Robin ARVALIS-Institut du végétal {Résumé:} Le campagnol des champs se plaît à vivre dans les parcelles de grandes cultures. En phase de pullulation, les dégâts qu’il cause ont un fort impact sur les rendements. Il est nécessaire de déceler les premiers indices de présence pour intervenir en amont à l’aide de méthodes alternatives, les seules disponibles à ce jour. Article - Désherbage alternatif : une faisabilité variable en région Sud {Auteurs:} Gilles Eschenbrenner Jean-Luc Verdier ARVALIS-Institut du végétal, Jean Lieven - CETIOM, Alain Rodriguez - ACTA {Résumé:} Les contraintes réglementaires actuelles et à venir restreignent le nombre de produits disponibles pour désherber. Il devient alors nécessaire d’apprécier l’efficacité et la durabilité de techniques alternatives dans des systèmes de culture diversifiés. Exemples sur des rotations à base de blé dur et de tournesol représentatives du sud de la France Article - Qualité de l’eau : de vrais leviers pour réduire les transferts {Auteurs:} Anne-Monique Bodilis Alain Dutertre Jonathan Marks Perreau, Benoît Réal Arvalis - Institut du végétal {Résumé:} Le site de la Jaillière utilise un dispositif de recherche original pour caractériser et quantifier les phénomènes de transferts des minéraux et des produits phytosanitaires à l’échelle de la parcelle agricole. 20 ans de résultats permettent de proposer des leviers d’actions efficaces. ------------------------------------------------------------------------------------------ ---- ------------------------------------------------------------------------------------------ Systèmes de culture économes en intrants phytosanitaires et performants économiquement.. Le monde agricole a intégré en quelques années les enjeux du développement durable. Dans cette orientation, l’atelier régional d’agronomie et de développement durable (ARAD) du CERFRANCE de Normandie a étudié 60 systèmes de cultures (SDC), mis en œuvre au sein des exploitations de la région, à la fois les plus économes en intrants et les plus performants économiquement. Les résultats de 6 systèmes (3 en élevage bovin lait, 2 en grande culture et 1 en hors sol), qui sont présentés dans un dossier, montrent que : les voies pour répondre à ces objectifs sont multiples, la réflexion à l’échelle de l’itinéraire technique ne suffit pas il faut avoir une approche système, les agriculteurs doivent être les acteurs de l’évolution de leur système avec des changements techniques mais aussi sociaux dans la façon de gérer leur exploitation. Moyens de protection des cultures alternatifs ou complémentaires à l’emploi des pesticides Un groupe de travail de 52 membres de la commission des moyens de protection pour une production intégrée de l’Association française de protection des plantes (AFPP), a réalisé un ouvrage, coordonné par Jean-Louis Bernard (Protection intégrée des cultures – Fiches pour le conseil des techniques utilisables, AFPP, ACTA, Editions France Agricole, septembre 2013) inventoriant, présentant et analysant sous forme de fiches techniques 66 mesures indirectes de protection des cultures et des moyens pour l’intervention directe. Il s’agit de mettre à la disposition des professionnels, des informations pour réduire le recours aux produits phytopharmaceutiques pratiqué actuellement dans la protection raisonnée des cultures selon l’objectif du plan Ecophyto 2018. Le conseil phytosanitaire et les agriculteurs pourront utiliser ces outils pour améliorer progressivement les systèmes de protection des cultures en allant dans le sens d’une approche écosystémique de protection intégrée. Gestion de la résistance aux maladies à l’échelle des territoires cultivés. L'idée de développer des stratégies de gestion des variétés résistantes à l'échelle des paysages est de plus en plus explorée en épidémiologie végétale. Une étude, publiée dans la revue Innovations Agronomiques de septembre 2013, montre sur la base d'une analyse de jeux de données acquis à l'échelle de la France, que la résistance des variétés cultivées, telle qu'elle est observée au champ, est influencée par la composition variétale du paysage dans son ensemble. La prise en compte des aspects quantitatifs de la relation hôte - parasite apparait comme indispensable pour expliquer l'évolution de la population pathogène à cette échelle. Pour aller plus loin dans ce domaine, un ensemble de modèles a été construit et l'effet des caractéristiques du paysage sur la dynamique de la population pathogène exploré montrant que la fragmentation du paysage peut conduire à une réduction globale des épidémies mais aussi, sous certaines conditions, à une augmentation de la sévérité de maladie sur des variétés à résistance quantitative. De plus, la structure du paysage a un effet fort sur l'évolution de la population parasite vers des formes spécialistes ou généralistes. ---------------------------------------------------------------------------------------- ---- Article - Recherche en lutte biologique contre les arthropodes, suivre les pistes mondiales {Auteur:} A. Chailleux {Résumé:} Le 4 mars 2013 commençait le quatrième congrès international sur le contrôle biologique des arthropodes (ISBCA) à Pucón, au Chili, pour quatre jours. Sur proposition du journal, je rapporte ici quelques-uns des thèmes qui y ont été abordés et qui m’ont intéressée. Je les ai parfois accompagnés de commentaires subjectifs. Article – DOSSIER : VIGNE ET VERGERS {Auteurs :} Avant-propos : M. Decoin ; L. Guérin-Dubrana, L. Bernos, C. Chevrier, F. Fontaine, E. Gomes et P. Rey ; K. Labonova, C. Romand, M. Hurtaud, T. Dormegnies, O. Zekri et M. Mercier ; J. Rousseau, D. Blanc et V. Jacus ; B. Bourgouin et J. Fritsch ; C. Charles et A. Rabourdin ; G. Sévérac et M. Siegwart ; {Résumé:} Soigner c'est prévoir La santé des cultures pérennes que sont la vigne et les vergers se gère dans la durée. Exemples sur la vigne à propos de maladies, sur le kiwi aujourd'hui menacé, sur le pommier pour la conduite globale du verger et face au cas du carpocapse, et du côté de l'innovation en matière de produits phytos. Liste des articles du dossier: p. 12, étudier les maladies du bois de la vigne pour les maîtriser demain : princpaux résultats d'un programme Casdar 2010-2012. p. 16, viser les virus en pépinières : assainir le matériel viticole déniché dans de vieilles vignes, donc bon pour la biodiversité mais à l'état sanitaire douteux. p. 20, gérer l'oïdium, maladie pour laquelle les fongicides bas de gamme peuvent coûter très cher... Et évaluer à la fermeture de la grappe le risque pour la qualité du vin - donc savoir si peut arrêter de traiter. p. 26, point sur le PSA, Pseudomonas syringae pathovar actinidiae, une des pires menaces qui pèsent sur le verger de kiwi français. Et qui a aimé le printemps pourri de 2013... p. 30, de l'Ecophyto qui marche en vallée de la Durance : récit d'une journée de démonstration. p. 33, Alt'Carpo, on sait que ces filets sont efficaces contre le carpocapse des pommes et des poires. Restait à savoir : - pourquoi ça marche (modes d'action) et, vu cela, si ça peut durer ; - quels sont les effets sur d'autres bioagresseurs que le carpo. p. 38, les nouveaux produits vigne et cultures fruitières, en incluant dans ces dernières les pommes, mais aussi les bananes et papayes. ------------------------------------------------------------------------------------------ ---- Article - Biodiversité fonctionnelle en verger : intérêt des plaques au sol pour étudier la faune terrestre - 1ère partie : les serpents {Auteur:} Jay M., Ricard J.M., Bonnet X. {Résumé:} Les résultats d’une étude destinée à évaluer l’attractivité de plaques posées au sol pour étudier la faune terrestre sont présentés. Seules les données de reptiles sont détaillées. Cette technique est simple, peu onéreuse, rapide et efficace. ------------------------------------------------------------------------------------------ ---- Article - La chrysomèle gagne de nouveaux départements - p 13 Article - « Je laisse travailler les auxiliaires » - p 44 Article – Fiche phyto : Le nématode à kyste de la betterave - p 50 ------------------------------------------------------------------------------------------ ---- Article - Metcalfa pruinosa identifié sur une parcelle en Alsace -p 25 Article - Le cuivre à nouveau sur la sellette -p 26 ---------------------------------------------------------------------------------------- ---- Article - Le phylloxéra - p 64 Article - Une saison avec des panneaux récupérateurs - p 70 ---------------------------------------------------------------------------------------- ---- Article - Réduction de la dérive: essai pratique {Auteur:} Schweizer S., Kauf P., Höhn H., Naef A. {Résumé:} L'application de produits phytosanitaires (PPS) par pulvérisation porte atteinte aux eaux et aux surfaces non visées par dérive directe de la bouillie: les gouttelettes chargées de substances actives sont emportées et déposées hors de la surface à traiter. Le risque auquel ces dérives exposent l'environnement est évalué lors de la procédure d'autorisation des PPS. Des distances minimales de sécurité (interdiction d'application) de 6 à 100 mètres par rapport aux eaux de surface sont imposées si nécessaire. Si la dérive est réduite par des moyens adéquats, ces distances peuvent être diminuées. Quatre mesures de réduction de la dérive ont été mises à l'épreuve dans les conditions pratiques de la production de pommes en Suisse. Une haie et les buses à injection ont réduit la dérive de quelque 75 %, un filet antigrêle tendu sur la culture de quelque 65 % alors qu'un filet à grandes mailles servant de brise-vent au bord de la parcelle n'a réduit la dérive que de 20 % environ.